Depuis Perfect Blue, Satoshi Kon (今 敏) avait réalisé quelques films d'animation qui n'avaient pas vraiment connu de succès en occident, du moins qui n'étaient pas sorties jusque dans des "grands" cinémas. Mais le revoila.
Ajoutez à cela sa grève créatrice entre 1993 et 1996, pensant lutter ainsi contre certaines personnes jugeant ses oeuvre trop politiquement incorrectes, on peut le dire: notre ami Satoshi n'a pas trop joué la superstar du cinéma d'animation japonais des 2000s... Mais au mois de décembre dernier, à Paris, on a pu voir des centaines d'affiches aussi fouillies que colorées pour le dénommé Paprika; à Nantes, c'est le Katorza qui le jouait en l'annonçant "Selection officielle au festival de Venise 2006", aujourd'hui le Concorde le propose également.
Adapté d'un roman de Yasutaka Tsutsui (筒井 康隆), le film est prenant, m'a fait penser à Matrix, il est compliqué et très esthétique, rythmé d'une excellente musique, et dans un japonais fort compréhensible. Deux visionnages ne m'ont pas suffit pour saisir toutes les subtilités scénaristiques, ce qui ne m'empêche pas de vous le recommander. Mais dépécher vous, peu de cinéma le proposent encore; sur Paris je vous propose Les Trois Luxembourg, premier complexe cinématographique de la capitale, dans le 6ème.