Au Japon les chats sauvages abondent.
Ils errent dans les parcs, les rues, à l'université, sont les amis des clochards et sont en fait plutôt bien nourris. Comme la plupart des chats japonais ils ont la queue très courte -10cm-, ce qui leur donne un style assez nouveau pour moi et ma vision européenne des félins d'appartement. Souvent la nuit près de chez moi on les entend se battre, poussant d'atroces hurlements qui, mêlés à ceux des corbeaux, donnent une étrange atmosphère à la Resident Evil...
La photo a été prise à Yanaka (谷中) où samedi dernier un bon paquet de chats sauvages avaient du se donner rendez-vous; peut-être Yanaka est-il pour les felis catus ce que Shibuya est pour les Tokyoïtes. Peut-être avaient-ils prévu en ce samedi soir de se regrouper dans un izakaya (居酒屋) pour fêter la fin de la semaine à coup de lemon-sawa (レモンサワ) et de namabiiru (生ビール), biensûr ils commanderaient sanma (さんま), mezashi (目指し) et hokke (ま法華) avant de finir au karaoke (カラオケ) où ils chanteraient sûrement la chanson de Doraemon (ドラエモン) qui fait "Hagu shichaou, inu mo neko mo hagu shichaou!" (ハグしちゃおう、犬もネコもハグしちゃおう!). Mais tout cela biensûr, ce ne sont que des hypothèses...