Le premier de l'an au Japon, évidement, n'est pas comme en France.
Le 1er janvier on visite les temples, on fait la queue plus ou moins longtemps, une fois sur l'hôtel on jette une pièce (je recommande 100Yens, le bon équilibre pour ne pas passer pour un radin et pour quand même pas se ruiner comme ceux qui jette 5.000Yens), applaudit 2 ou 3 fois, secoue un gros grelot qui pend au bout d'une corde, et émet quelques pensées en joignant ses mains. Si l'on veut on peut encore secouer la cloche ou applaudir, pour être sûr que les dieux nous entendent, mais attention aux gens qui s'impatientent derrière vous!! Je plaisante.
Après quoi on va a la boutique (les goodies bouddhistes !) pour acheter un omikuji (おみくじ) qui vous dira si vous serez plutôt du genre chanceux ou pas cette année. Mais ne vous inquiétez pas, en cas de malchance, vous pourrez toujours l'accrocher n'importe ou, sur un arbre, sur un panneau d'affichage prévu à cet effet, un grillage, pour que le malheur s'envole.
Enfin on achète quelques omamori (おまもり) pour s'assurer du bonheur, de la santé, de la réussite et tout ce qu'il faut.
Au retour on repasse devant tous les camelots, on peut craquer pour des takoyakis (たこ焼き), des choco-banana (チョコバナナ), du poisson grillé, des okonomiyaki (お好み焼き), des yakitori (焼きとり), un masque de Donald (ou Mickey), des jeux vidéos, il y a tout et n'importe quoi...
Tout cela dans une météo hivernale frigorifique.
J'ai passé le nouvel an à Kôbe, les photos présentées sont prises au temple de Sumiyoshi (住吉).