Aujourd'hui j'ai eu mes premiers cours de Japonais, mais là n'est pas l'important.
Prérequis pour lire cet article: Savoir que Doraemon est un personnage très populaire au Japon, héros d'un dessin animé et d'un manga, ce robot-chat bleu (!) dépourvu oreille (des souris les lui ont mangées) venant du futur possède une poche ventrale dissimulant une quantité infinie de bordel, ainsi qu'un chapeau hélicoptère, accéssoirement une porte qui l'emmène n'importe ou. Depuis Doraemon a peur des souris mais fait son mariol tous les vendredis sur le canal 10.
Au sortir du cours 7A de l'International Center j'avais surtout appris deux choses: pour suivre ledit cours je dois acheter un livre, et -surtout- il y a une Doraemon party (ドラえもんパー) dans 20 minutes!!
Sans savoir ce que c'était que cette affaire, une fine équipe de gaijin -une allemande, un américain, un taïwanais, un chinois, moi- se retrouvent figurant dans une salle face à une japonaise nous interrogeant avec son dictaphone, un type qui nous prend en photo avec un énooorme reflexe numérique, des peluches et des mangas de Doraemon partout. Bisutage manga ou journée d'intégration, c'était en fait notre première interview en Japonais.
Quelques photos et quelques mots sur la popularité du robot-chat dans nos pays respectifs plus tard, nous apprenons qu'il s'agissait là d'une équipe de journalistes du magazine Motto Doraemon もっとドラエモン (Plus de Doraemon) qui sortira en hiver une édition spéciale "Doraemon et l'international". A coup sur si vous l'achetez vous aurez le droit à une photo de moi, moi qui m'attendait à une bouffe autour du Doraemon, et qui me suis finalement retrouvé ambassadeur de la culture nippone en France.
L'équipe a cependant eu la délicate intention de nous remercier avec un petit package Doraemon contenant une mini-chemise Doraemon, un genre de plaquette Doraemon peut-être à coller à l'arrière de sa voiture, et un sac Doraemon. En somme c'était marrant.