SebInTokyo! Vous faire ressentir la vie à Tokyo.

Manifestation locale

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 15 août 2006

Hanabi (花火)

Hanabi (花火) signifie feu d'artifice, mot à mot cela se traduit par "fleur de feu".
Les japonais sont passés maîtres dans ce domaine, et quand j'écris ça je n'exagère pas, l'engouement de la population pour ces spectacle y est proportionnel. Une, parfois deux heures de spectacles s'enchaînent. Une, parfois deux journées avant l'heure les japonais s'installent et se réservent un emplacement stratégique en vue d'un confort visuel total. Ainsi dans les grandes villes, le soir venu ce sont des hectares de bâches bleues et des tonnes de japonais qui jonchent les rues en attendant 19h. En attendant le début du spectacle, les organisateurs peuvent communiquer avec le public par fusée interposée pour annoncer si la météo empêchera le feu ou non, s'il faudra remettre cela demain ou pas.
Durant le spectacle, fonction de votre placement c'est une quantité plus ou moins grande de résidus de fusées qui vous retomberont dessus, mais le spectacle vaut le coup. Les artificiers rivalisent de talent et dessinent aujourd'hui dans le ciel le visage de vos personnages préférés japonais: Kitty Chan, Doraemon... Et puis s'enchaînent les couleurs, les clignotements, les détonations pendant en général une heure et demi! A vrai dire notre 14 juillet fait bien pâle figure face aux artificiers nippons...
Parmi les "gros" Hanabi, il y a par exemple celui de la rivière Sumida (隅田川) à Tokyo (東京), du côté de Asakusa (浅草). Bien avant le début du feu d'artifice, le spectacle est déjà impressionnant. Dans les rues fourmillent des milliers de japonais en kimonos et yukata, la progression s'y fait terriblement lentement, les métros sont surchargés, sortir d'une gare vous occupera 20 minutes, des centaines de policiers font respecter l'ordre en hurlant dans leurs mégaphones; on croirait une évacuation d'urgence de la ville après une catastrophe. Pourtant le spectacle n'en sera pas forcément proportionnellement bon: effectivement certaines législations limitent les artificiers dans le cadre urbain que représente Tokyo et ses immeubles. Impossible alors pour nos artistes d'élaborer des fusées aux dimensions extraordinaires comme cela peut-être le cas par exemple à Atami (熱海) où j'ai pu admirer des explosions énormes et des fusées décollant à 360 mètres. Moralité, pour bien apprécier les feux d'artifices japonais, renseignez-vous bien et n'imaginez pas que les meilleurs sont à Tokyo.
Mais finalement, qui paye pour ces millions de yens? Des entreprises qui jouent les sponsors, pour vous, c'est gratuit.

Cosplay de Naruto (ナルトのコスプレ)

Le cosplay ou la passion de se déguiser en ses personnages japonais préférés.
Je n'étais pas prévenu qu'aujourd'hui au parc d'attraction Hanayashiki (花やしき) d'Asakusa (浅草) il y avait un rassemblement de cosplayers. Imaginez ma surprise lorsque j'ai violemment accidenté Gara du désert (砂のガーラ) alors que j'épatais la galerie en faisant crisser les pneus de mon auto-tamponeuse coiffée d'un élégant numéro 7. Je m'imaginais déja transformer en pâté de sable, moi qui ne maîtrise que mal les techniques ninja (忍者). Alors que la situation tournais mal, le chef d'attraction s'évertuait à saluer mon ennemi tout en réclamant un peu de calme sur fond de keigo (敬語) imbittable, la panique gagnait la foule mais Kakashi-Sensei (カカシ先生) est intervenu au bon moment en m'extirpant de mon véhicule avec la complicité de son sharingan, ouf.
Après quoi je lui ai évidement payé un coup et il m'a au passage aidé à perfectionné ma technique ninja de changement de filtre à air de Renault 5, finalement on a terminé la soirée ensemble dans un cinéma porno non loin de là. Comme je suis cool, je te file un petit tuyau pour toi jeune otaku, si un jour tu dois payez un coup à Kakashi-Sensei, sache qu'il aime la Corona, mais pas trop la 1664.

lundi 1 mai 2006

Match de boxe (ボクシング試合)

Le 15 mars dernier, j'étais au Kôrakuen Hall (後楽園ホール) pour encourager un ami -d'un ami- qui boxait dans le cadre du championnat pro Dynamic Glove (ダイナミックグローブ).
C'était la première fois que j'assistais à ce genre d'événement. Pour 3000円 on pouvait voir huit matchs, des combattants de toutes tailles, tous âges, et toutes nationalités, des potiches japonaises entre les rounds, et un speaker un peu ridicule. Les deux derniers matchs étaient les plus intéressants.
Le premier opposait Kuroki (黒木), japonais de moins de 20 ans, et Thomas (ニコ トマス), Indonésien de 40 ans si âgé que sa photo est en noir et blanc sur le ticket! La jeunesse eût raison de l'ancienneté. Le dernier match -cf. photo- opposait le champion Peter (ピータ オケロ) qui remettait son titre en jeu, contre un dénommé Boby (ボビ ミロビック). Le favoris Peter remporta le match sous nos encouragements et surtout selon la décision de l'arbitre, Boby ayant trop tendance à faire des câlins en attrapant Boby dans ses bras.
La tendresse ne triomphe pas dans ce sport, Boby...

samedi 29 avril 2006

Ohanami (お花見)

Encore des histoires de cerisiers!
Ohanami, littéralement "apprécier les cerisiers", c'est une sortie qui consiste à aller avec ses amis, sa famille, ses collègues, s'installer sous les cerisiers en fleurs au mois de mars ou d'avril. On boit, on mange, on papotte, le tout sur une bache en plastique d'un ton qui trop souvent ne rime pas du tout avec le rose des cerisiers, mais qu'importe! Les pétales nous tombent dessus au gré du vent, et c'est très agréable. ohanami

samedi 11 février 2006

Kenkoku kinenbi (建国記念日)

Aujourd'hui est férié au Japon, c'est le kenkoku kinenbi, 11 février, anniversaire de la fondation de l'état Japonais!
Qu'est-ce que ça implique? Et bien pas grand chose, tous les magasins restent ouverts, il y a toujours autant de taxi et de salarymen dans la rue.
Mais alors comment se rendre compte qu'on est un jour férié lorsque l'on est au Japon? A cette pertinente interrogation je répondra qu'il suffit de chercher un autobus, qui auquel cas sera orné d'étendards nippons. En fait on trouve des drapeaux japonais un peu partout dans la rue les jours fériés.
D'ailleurs vous connaissez le drapeau du Japon, vous saviez évidement qu'il représente le soleil levant, le matin dans la brume. On retombe alors sur ses pattes concernant le nom "Japon" en japonais qui se dit "Nihon" (日本) et qui signifie "Origine du soleil", comprenez "Soleil levant". C'est quand même plus poétique que notre bleu blanc rouge qui coince la royauté entre les couleurs de la capitale (selon Wikipedia).

Tomoyasu Murata (村田朋泰)

Tomoyasu Murata, un artiste Japonais au style touchant, en exposition au Meguro Museum Art Tokyo.
Tomoyasu Murata a plusieurs courts métrages d'animation traditionnelle à son actif, mettant en scènes des marionnettes sans voix animées image par image. Une exposition lui est dédiée à partir d'aujourd'hui au Meguro Museum Art Tokyo, vous pourrez y voir ses films (dans une salle ô combien confortable), les décors, les personnages, les storyboard et d'autres créations uniques... Une très jolie exposition qui durera jusqu'au 31 mars.
Qui plus est c'est tout près de chez moi et c'est dans un très joli endroit.

Le site de la Tomoyasu Murata Company.
Le site du Meguro Museum Art Tokyo.
Le dernier DVD de Tomoyasu Murata: 朱の路, sur Amazon Japon.

vendredi 10 février 2006

Tsukiji (築地)

Tsukiji est à Tokyo ce que Rungis est à Paris....
...mais plus orienté poissons, évidement. Ce matin je me suis donc levé à 6h (ouch!), pour aller voir ce spectacle de vente, négociation, livraison, embarquement. Malheureusement en arrivant à 7h45, cette animation était relativement finie. L'endroit ne se limite pas à un hangar et sur un paquet de pâtés de maisons se dispersent bon nombres de vendeurs qui s'approvisionnent tous les matins au marché. L'activité sur place était donc toujours importante et de nombreux vendeurs, magasins étaient déja ouverts.
Parmi tout cela un grand nombre de petits restaurants, sushi (寿司), sashimi (刺身), torodon (トロ丼) et compagnies qui proposent une excellente qualité, du poisson on ne peut plus frais pour des tarifs raisonnables. D'ailleurs dés 8h du matin certains d'entre eux sont pris d'assaut et déja des japonais font la queue devant certains restaurants. Phénomène surprenant mais compréhensible lorsque l'on est fin amateur de sushis -par exemple- et que l'on sait l'excellente qualité que l'on peut ici avoir à très bon prix. J'ai d'ailleurs fini dans un sushiya (寿司屋) pour déguster une 15aines de sushi et maki, c'était tellement bon que malgré qu'il soit 8h30 du matin, ça passait dans mon estomac comme une lettre à la poste.
Mais ce ne sont pas que des restaurants que l'on trouve, notez aussi des vendeurs de fruits et légumes qui soit dit en passant m'étaient parfois inconnus, fruits de mer, poissons, viandes, fleurs, ustensiles de cuisine, épices, j'ai même vu des machines à laver... Tout cela dans une atmosphère de grand désordres avec ces types qui transportent leurs marchandises à bord d'espèces d'hybrides scooter/tracteur/pick-up, faisant un bruit d'enfer et se manoeuvrant comme... rien du tout en fait puisque c'était la première fois que je voyais ce genre d'engin.
En bref une sacrée matinée.

samedi 21 janvier 2006

Nouvel an au Japon, akemashite omedetô.

Le premier de l'an au Japon, évidement, n'est pas comme en France.
Le 1er janvier on visite les temples, on fait la queue plus ou moins longtemps, une fois sur l'hôtel on jette une pièce (je recommande 100Yens, le bon équilibre pour ne pas passer pour un radin et pour quand même pas se ruiner comme ceux qui jette 5.000Yens), applaudit 2 ou 3 fois, secoue un gros grelot qui pend au bout d'une corde, et émet quelques pensées en joignant ses mains. Si l'on veut on peut encore secouer la cloche ou applaudir, pour être sûr que les dieux nous entendent, mais attention aux gens qui s'impatientent derrière vous!! Je plaisante.
Après quoi on va a la boutique (les goodies bouddhistes !) pour acheter un omikuji (おみくじ) qui vous dira si vous serez plutôt du genre chanceux ou pas cette année. Mais ne vous inquiétez pas, en cas de malchance, vous pourrez toujours l'accrocher n'importe ou, sur un arbre, sur un panneau d'affichage prévu à cet effet, un grillage, pour que le malheur s'envole.
Enfin on achète quelques omamori (おまもり) pour s'assurer du bonheur, de la santé, de la réussite et tout ce qu'il faut.
Au retour on repasse devant tous les camelots, on peut craquer pour des takoyakis (たこ焼き), des choco-banana (チョコバナナ), du poisson grillé, des okonomiyaki (お好み焼き), des yakitori (焼きとり), un masque de Donald (ou Mickey), des jeux vidéos, il y a tout et n'importe quoi...
Tout cela dans une météo hivernale frigorifique.
J'ai passé le nouvel an à Kôbe, les photos présentées sont prises au temple de Sumiyoshi (住吉).

dimanche 27 novembre 2005

Koishikawa Kôen (小石川公園)

A partir du 21 novembre, et pour environ 2 semaines, c'est la saison du momiji. Les érables virent au rouge avant de perdre leurs feuilles, c'est un moment apprécié des Japonais.
Après m'être renseigné sur où voir les plus beaux érables, ma décision était faîte sur le parc de Koishikawa (traduction possible: La petite pierre de la rivière) situé à Kôrakuen, pas loin de l'Université. Vendredi s'annonçait comme une journée libre pour moi, la météo était optimiste, j'y suis donc allé en vélo. Outre le fait que j'ai mis 2 heures pour y arriver (je me suis pas mal égaré, j'ai pas mal traîné près du palais impérial), c'était super agréable comme promenade, près du parc je me suis acheté deux bento (panier pic-nic Japonais) que j'ai dévorés sous les érables. Qui plus est il y avait peu de visiteurs, l'avantage du non-week-end.
Le parc est très très grand, il y a beaucoup de choses à voir et d'endroits où aller. Un très joli lac central, une île en son centre, une zone où les érables forment un toit au dessus de vous, des ponts, des statues, des carpes. Notons le relief très élaboré, peu de platitude, beaucoup de grimpettes. Tout est super travaillé sans pour autant paraître artificiel, c'est la selon moi le talent des Japonais dans la confection de jardins. L'impression que tout a été abandonné depuis une année, et pourtant les jardiniers y travaillent tous les jours. C'est un superbe dosage, un joli équilibre entre la main de l'homme et le laisser-aller de la nature.
Je recommande sincèrement cette visite! Lors de la saison du momiji c'est encore mieux, alors si vous êtes à Tokyo en ce moment, dépêchez vous.

Ensemble de mes photos disponibles à cette adresse.

Notez que ce sont des originaux, alors que ceux que je poste sur ce présent site sont corrigés (généralement la saturation est augmentée), ici notament pour pallier au brouillard lumineux qui règne à Tokyo et qui blanchit les images dont les sujets sont éloignés.

mercredi 16 novembre 2005

Jamiroquai

Hier soir et ce soir Jamiroquai est à Tokyo pour sa tournée.
J'aime vraiment beaucoup cet artiste et j'ai toujours attendu ses disques avec beaucoup d'impatience, c'est dommage que je ne puisse pas aller à son concert. En plus le voir à Tokyo ça m'aurait fait encore plus plaisir qu'à Paris! J'ai hésité à aller sur place chercher un ticket revendu par quelqu'un mais on m'a dit que ça coûtait vraiment cher. Il va falloir attendre le prochain album (c'est déja ce que je m'était dit il y a 4 ans...).

dimanche 6 novembre 2005

Tokyo Motor Chaud

Mais le Tokyo Motor Show, ce ne sont pas que des voitures. Beaucoup de gens ne s'y trompent pas et ne viennent non pas pour les carrosseries mais pour les hôtesses, en Japonais コンパニオン.
Il me semble qu'aujourd'hui dans le milieu automobile, les potiches font partie du décors. C'était la première fois que j'allais à un salon de l'auto et je m'attendais à ce genre de phénomène, mais j'avoue que là c'était tout de même impressionnant. Non pas que les filles étaient impressionnantes, mais plutôt le nombre de types -ou de pervers- qui les photographient l'était.
Pourtant les filles n'étaient pas forcément très jolies. Comme m'avait dit -justement- ma petite amie qui avait déjà eu l'occasion d'assister à un Tokyo Motor Show: "Elles sont sexy mais elles sont ordinaires, ou moches". Certaines sont jolies tout de même.
Il est intéressant d'admirer la variété des styles: certaines marques font dans la classe avec des filles aux regards de prof d'anglais, d'autres font dans les potiches en petite tenues, on a aussi le droit à une démonstration avec un chihuahua, d'autres encore font carrément dans l'orchestration avec chanteuse, danseuses et musiciens sur scènes. Tout est bon pour faire la promo du dernier véhicule, même le robot humanoïde d'Honda a fait son show aux cotés d'une hôtesse pour la derniere Civic. Notons toutefois que les costumes étaient élégants et même s'ils étaient parfois légers ils n'étaient pas provocateurs, on est au Japon quand même, pas aux USA!
Au début c'est assez marrant de les prendre en photo, mais au fur et à mesure que le temps passe on se rend bien compte de la pénibilité de la chose pour ces filles. Plus on remarque comme elles se forcent et plus on a l'impression d'être dans un zoo et moins on ose prendre des photos.

samedi 5 novembre 2005

Tokyo Motor Show (東京モーターショー)

Jusqu'au dimanche 6 novembre 2005 se tient à Tokyo (plus précisément à Makuhari, préfecture de Chiba, à une heure de train de Tokyo) le 39ème Tokyo Motor Show.
Le Tokyo Motor Show, jusqu'en 1999 avait lieu tous les deux ans. C'est un énorme salon de l'auto et de la moto où toutes les marques de la planète sont représentées, on y trouve aussi bien Renault que Maybach, Ferrari ou Suzuki, Bose ou d'autres équipements de GPS ou d'autoradios. Notons que le billet ne coûte que 1.200Yens (9€) et est achetable en combini, l'aller-retour en train de Meguro m'en a coûté pour 1.280Yens (un peu plus que 9€).
J'y suis allé avec un ami Français, on est arrivé vers 10 heures et il y avait déja un paquet de monde, mais pas trop, on était quand même vendredi. Sachez qu'environ 120.000 personnes par jour visitent le salon.
On peut monter dans les voitures, sur les motos, conduire des véhicules non polluant (moyennant un permis Japonais), admirer du trial, des démonstrations d'air-bag pour moto, découvrir les dernières nouveautés dans le domaine du refroidissement du bloc-moteur (...), manger, boire, ramasser des prospectus à gogo, acheter des t-shirts ou encore jouer à Gran Turismo 4, voir des films avec des lunettes 3D super classes, j'en passe des pires et des meilleures...
Parmi les voitures qui m'ont marquées je noterai la Suzuki LC, mais aussi la *****je ne me rappelle plus le nom, je vais bientot l'ajouter*****. Le salon est archi-clean, il y a des employés chargés de nettoyer la moquette avec des petits rouleaux autocollants, il fait globalement super chaud, mais tout est très bien organisé et c'était vraiment cool.
Une petite note concernant l'affiche. Celle-ci a été tracé d'un coup de pinceau (à la manière de la calligraphie Japonaise), elle représente le caractère Japonais 一 (ichi, 1) synonyme du "number one" que vise ce salon, mais par dessus tout ce coup de pinceau a eu la bonne idée de prendre la forme d'une voiture lancée à pleine vitesse, c'est incroyable et je me demande comment ils ont eu l'idée de faire ça. http://www.tokyo-motorshow.com/

mardi 25 octobre 2005

Harajuku un dimanche: Rock&Roll (原宿で日曜日でラック)

A l'entrée du temple de Meiji (明治の入口), on a le droit à un spectacle encore plus fun et ridicule (楽しくてバカみたい): des vieux fans d'Elvis s'adonnent au public en dansant sur du vieux rock des années 70s.
Ils sont coiffés et habillés comme leur idole et c'est du haut niveau: d'un point de vue capillaire c'est démodé de chez démodé, on a le droit à des bananes de 20 centimètres, c'est super marrant, genre Billy la Banlieue pour ceux qui ont eu un Amstrad. Façon breakdance, les types s'assoient en cercle et passent chacun leur tour pour se remuer façon Elvis, ils se prennent vachement au sérieux.
Notons que les Japonais eux-mêmes ne cautionnent pas ce genre de pratiques et trouvent cela old-fashion, il y a de quoi.
Tout autour du parc se produisent des dizaines de groupes, la tendance est au rock mais on a aussi de la chansonnette. Quoiqu'il en soit c'est tous les dimanches et c'est presque mieux que la fête de la musique de Nantes!
Dans l'intérêt de tous, et afin de transporter toujours plus de clichés idiots, j'ai réalisé un gif animé haut en groove. Faîtes-vous plaisir et chanter Blue Suede Shoes en le regardant:

Well, it’s one for the money,
Two for the show,
Three to get ready,
Now go, cat, go!!

Harajuku un dimanche: Cosplay (原宿で日曜日でコスプレ)

Le dimanche, Harajuku (原宿) est un vrai spectacle.
Près du parc de Yoyogi (代々木公園) on peut admirer du cosplay (コスプレ) à grande échelle, chaque dimanche ces jeunes gens qui ont été normaux toute la semaine éprouvent le besoin de se transformer en leur personnages de jeux vidéos ou de dessin animés préférés. Ils arrivent avec leurs valises, se changent dans les toilettes du parc pour en ressortir tout transformés. Les cosplayers sont surtout là pour se faire photographier, alors il ne faut pas hésiter à leur demander, ils sont là pour ça. Certains sont beaux, certains sont plutôt moches, certains achètent leurs costumes et d'autres le font eux-même. C'est impressionant.

http://www.cosplay.com/ (En Anglais)
http://www.copure.net/galle/gallefl.html (En Japonais)
http://purarin2.com/ (En Japonais)

mardi 18 octobre 2005

Oniku festival

Dimanche dernier je partais pour un Flea Market à Shinagawa, cf Mon premier marché aux puces mais je me suis accessoirement retrouvé dans un festival sur la viande. C'était à coté de ma destination, ça avait l'air animé, je me suis dit pourquoi pas.
Le festival était très Japonais, au pied des gratte-ciels de Shinagawa il y avait des dizaines de petites camionnettes qui vous cuisinent tout et n'importe quoi: des crêpes (enfin devrai-je dire des kureppu クレップ), des tacos, des takoyaki (たこ焼き)...
Comme d'habitude les gens sont prêts à faire la queue des heures sans que ça ne les embête, ici on pouvait déguster une petite (minuscule) assiette de viande pour pas un rond, si tant est qu'on osait attendre 45 minutes sous la pluie. Voyez les photos, un homme tient une pancarte indiquant la fin de la queue, face à lui des centaines de parapluies bien rangés.
Souhaitant esquiver cela, je pénètre un bâtiment pour mieux me retrouver dans une ambiance tout aussi surpeuplée. A l'intérieur un genre de marché où les vendeurs s'égosillent pour écluser leur stock de viande "premium quality", les gens se bousculent, c'est le bordel, il fait chaud et humide, je. prends deux photos et m'en vais.
Au sortir de là j'achète trois poireaux (ネギ) pour 100Yens (0.80€) c'était la bonne affaire de la journée, et une chicken tacos pour 500Yens (3.50€) c'était la mauvaise affaire de la journée. Je plaisante, c'était très bon, seulement pourquoi mettre pleins de choux là dedans? La réponse c'est que le choux ne coûte rien ici et qu'ils en mettent absolument partout...

dimanche 16 octobre 2005

Mon premier marché aux puces (Flea Market, フリーマーケット)

Etait un peu décevant.
En fait initialement je devais aller beaucoup plus loin que Shinagawa (品川) pour mon premier marché aux puces. Aidé de ma petite-amie et du site web www.recycler.org je m'étais décidé sur 用賀, à l'ouest de Tokyo, un quartier qui a l'air chouette pour un Flea Market qui aurait du assurer, dimanche 16 octobre dés 10 heures!
Malheureusement ce matin il pleuvait, là dessus les marchés aux puces prenant place en extérieur sont strictes, et l'annulation est systématique !! C'est donc sur Shinagawa et son Flea Market couvert ayant lieu dans les batiments de Inter-City インターシティ que je me rabattais.
Je suis parti de chez moi en vélo vers 10h pour rejoindre la gare de Meguro (目黒) où j'ai pris la Yamanote (山手) pour 3 stations en descendre à Shinagawa. Là-bas j'ai eu la chance d'aussi tomber sur un festival à propos de viande (お肉) où des milliers de pellerins s'entassaient pour gouter un morceau de boeuf arrosé de Shouyu. Cf Oniku Festival.
Quoiqu'il en soit le marché aux puces était très orienté vètements, la population était hautement féminine et à part 2 ou 3 Game Boy je n'ai vraiment rien vu d'intéressant. J'étais déçu mais pas trop quand même car j'ai acheté un Odoru! Hidamari no tami.

jeudi 8 septembre 2005

Jamiroquai (ジャミロクアイ) en concert à Tokyo

Au mois de Novembre! Ca c'est une nouvelle qui me plaît, depuis le temps que j'ai envie d'assister à un de ses concerts.
Le prix des billets devraient osciller entre 7000 et 8000¥ (50 et 60€). Source http://www.funkin.com.