SebInTokyo! Vous faire ressentir la vie à Tokyo.

mardi 1 août 2006

Depuis l'avion

Vous le croirez ou pas, je suis en ce moment au dessus de la Russie, à bord d'un Boeing 747...
Cela implique deux choses, premièrement j'ai bien décollé, deuxiemement l'Internet en WiFi à bord des avions est aujourd'hui une réalité, que de progrès... Certes il faut payer mais ça m'aidera à passer le temps. Douze heures tout de même.
Parmi les vidéos disponibles et intéressantes on notera Mission Impossible 3 (déja?), Trivia no Izumi, et un documentaire sur les Montagnes Russes...

samedi 24 juin 2006

Ca y est.

J'ai désormais en ma possession un Canon EOS 350D Kiss, ainsi qu'un Sigma 18-200 F3.5-6.3, et une CompactFlash de 1Go. Autant vous dire que c'est un rève qui devient réalité. Niveau photos, je passe la deuxième vitesse! Prochainement vous risquez de voir pas mal de photos sur ce site au détriment du texte...
Aussi je remercie mes parents qui m'ont permi ce colossal investissement!
Comme je l'ai dit ci-dessous, plus que 5 semaines au Japon, il est temps de canarder et de ramener des beaux souvenirs numériques, jusqu'en 16000ISO!!

lundi 15 mai 2006

Onsen et rotenburo (温泉と露天風呂)

Au Japon les bains publiques ou onsen (温泉) sont une pratique courantes, on appelle rotenburo (露天風呂) ceux qui sont en plein air; et j'avoue que ça me plaît énormément.
Pour anticiper sur vos interrogations, oui, on a pas de vêtements et dans ces cas là non, ce n'est pas mixte... Sauf parfois.
Le Japon est une île volcanique et nombre de sources d'eau chaude existent, principalement dans les régions montagneuses et donc pas à Tokyo. Ainsi l'eau dans laquelle on se baigne dans ces bains n'est pas juste de l'eau chaude mais de l'eau qui a traversé les entrailles de la Terre pour se charger en minéraux et finalement être naturellement très chaude. Contrairement aux bains classiques cette eau est donc très bonne pour le corps et la peau, avant je n'y croyais pas mais dans la pratique c'est bien vrai. Tous les japonais sont déjà allés aux bains publiques, notamment en famille; disons que c'est une sortie presque normale. D'ailleurs la passion pour les bains s'en ressent ici et si vous mettez un japonais ou pire, une japonaise, dans un appartement sans baignoire, il y a de grandes chances que cette dernière dépérisse rapidement.
Bref, tout cela est très sympathique, en sortant de là on se sent en pleine forme et tout mou en même temps. C'est le moment de boire un yaourt, une bière ou de manger une glace comme il y en a souvent dans les distributeurs de ces établissements. Mais après tout les bains publiques, c'est comme tout, il y en a des milliers et ils sont tous différents. Certains sont énormes, d'autres sont miniatures, entre les montagnes, sur les aires d'autoroute, dans la forêt, avec un sauna, dans la neige parmi les singes, la seule chose qui ne change pas c'est qu'il n'y a jamais un étranger là-dedans.
Récemment j'ai eu l'occasion de tester un rotenburo à Fukushima (福島) la nuit, très fatigué, sous la pluie; en conséquence c'était fantastique. J'ai d'habitude trop chaud dans ces endroits-là, mais avec le vent et la pluie c'est impeccable. Je suis aussi allé me baigner dans un tout petit rotenburo coincé entre les montagnes dans une petite ville perdue dans cette région, étant donné qu'il n'y avait que nous je me suis permis de prendre des photos. Voyez aussi un autre rotenburo sur la photo prise de haut, celui-ci est assez exceptionnel puisqu'il jouxte une rivère.
Afin de dynamiser la fréquentation de ce site, et car le ridicule ne tue pas, je me dévoue et mets une photo de moi au rotenburo de Fukushima. Mais j'ai fait le nécessaire pour qu'il n'y ait rien à voir, désolé mais c'est plus marrant comme ça; et si vraiment vous êtes nombreuses à en vouloir plus je songerai à mettre la version non censurée sur eBay... Ahahah.

mardi 21 février 2006

Convoi exceptionnel.

Je me dirigeais d'un pas alerte vers la gare de Meguro afin d'y intégrer une rame de la Yamanote, c'est alors que malgré la teinte verte du signal lumineux indiquant aux piétons que c'est le moment de traverser, un policier m'interpelle et m'empêche de traverser.
Après quelques secondes seulement le ton est monté, on en est rapidement venus aux mains, mais étant donné la carrure moyenne des Japonais, je l'ai rapidement dominé.
Je déconne évidement, je ne me suis battu avec eprsonne. Mais en réalité je constate une 15aine de forces de l'ordre disposées partout sur cet -énorme- carrefour, avec des oreillettes dans les oreilles, ce qui est normal pour une oreillette mais bon. Après interrogation j'apprends qu'il s'agit d'un イベント, évènement ? Bref ça ne me précisait pas du tout de quoi il s'agissait, mais cela indiquait un sacré convoi exceptionnel, je me suis caché pour prendre quelques photos. J'ai même réussi à avoir la tête d'un des passagers de la voiture ô combien protégée.
C'est-y pas comme Paris Match sur mon site web ?

dimanche 12 février 2006

Pour moi aujourd'hui c'était gratuit (今日は無料だった)

Evènement ô combien rageant.
Aujourd'hui à la recherche d'enceintes, ainsi que d'un cable à 4€, je me suis rendu à Shibuya (渋谷) pour m'attarder dans un des grands magasins de l'électronique qui peuple ce quartier: BicCamera (ビックカメラ). Comme ces magasins recèlent énormément d'objets, je m'attarde sur les réflexes numériques (encore chers hélas) pour faire joujou. Cela dit je ne trouve rien de bon marché au niveau des enceintes et passe finalement à la caisse avec un cable jack-RCA à 661 yens (5€) et surtout des réflexes numériques pleins la tête...
Et là, le drame. La caissière secoue une cloche, en s'exclamant: "100番目のお客様" (Félicitations, vous êtes le 100ème client), les collègues caissiers applaudissent et me félicitent aussi. Aujourd'hui pour moi, à BicCamera, c'était gratuit.
Mais c'était trop tard, j'avais juste ce *$%@# de cable de §Çø©*$ à 661 yens, et je ne pouvais pas changer mes achats évidement (remarquez j'ai quand même demandé). A ce moment là un regret d'échelle cosmique m'envahit, je vois encore entre mes mains ce Canon EOS de rêve, et là pour moi ça aurait été gratuit, trop tard! Quelle sensation m'a envahit dans les minutes suivantes, biensûr on ne peut en fait pas regretter, car les choses se seraient déroulées différemment si j'avais choisi d'acheter autre chose, je n'aurai pas été le 100ème client... Mais tout de même, ça fait rager.
L'explication: chez BicCamera, tous les 100 clients, pas besoin de payer, la maison offre le tout. Il y a quand même un plafond situé à 100.000 yens (715€) mais c'est tout de même assez dingue quand ça vous tombe dessus. Lorsque l'on se ballade dans ce magasin on entend parfois résonner une cloche, maintenant vous saurez ce que ça veut dire... Aujourd'hui c'était moi, le jour où j'achèterai un Canon EOS, je peux être sûr que ça sera quelqu'un d'autre...
Tant pis !

mardi 7 février 2006

Deneigeuse du rail

Comment font les trains locaux du type de ceux dans lesquels j'ai beaucoup voyagé avec mon seishun 18 kippu dans le nord du Japon quand il y a trop de neige sur les rails ?
Ils appellent leur meilleur ami, la déneigeuse JR!
Ici j'étais bloqué dans une gare perdue au milieu des pistes de ski et de la campagne, près de Niigata. Malgré les super pouvoirs de la déneigeuse mon train a quand même eu ses 2 heures de retard, me faisant rater les correspondances suivantes pour rentrer à Tokyo, alors qu'il faisait déja nuit. Mais comme c'était un moment épique, je vous le raconterai plus tard, afin de laisser planer le suspense.

dimanche 6 novembre 2005

Visite du studio Pierrot (ぴえろ)

Ceci est une exclusivité, je la dois à mon ami Kim, animateur aux studios Pierrot.
Les studios Pierrot, basés à Mitaka (à l'ouest de Tokyo, là où reigne le musée Ghibli) sont dans l'animation Japonaise depuis un paquet d'années. Aujourd'hui c'est surtout à travers Naruto et Bleach qu'ils sont connus, deux animés japonais très prisés en France, mais pas du tout licenciés, c'est à dire qu'Internet et non pas les auteurs ramassent tout l'argent.
J'ai aujourd'hui pu faire un tour dans les locaux, discuter avec quelques animateurs, vu les bureaux des characters designers, visiter l'atelier informatique de cet entreprise productrice de deux animés que j'apprécie beaucoup. Les gens étaient vraiment sympas et près à sacrifier de leur précieux temps pour discuter avec nous. Nous étions pourtant samedi et si ils étaient là même ce week-end c'est parce qu'un de leurs projets doit être bouclé très bientôt.
J'ai été surpris par plusieurs choses, notamment le soin apporté aux décors. Des filles passent leurs journées à étalonner les couleurs pour que les différentes vues d'un décors soient exactement dans les même tons. Accessoirement je n'avais jamais vue une telle maîtrise des raccourcis-claviers sous Photoshop. Malgré ça les studios Pierrot sont encore très portées sur les méthodes à l'ancienne: aucune vectorialisation des contours, aucune 3D, mis à part les cellulos qui sont remplacés par l'outil informatique, tout est vraiment fait à la main.
C'est une sacrée chance que j'ai eue là, d'autant plus que je ne m'y attendais pas du tout. A midi je dormais encore quand mon téléphone sonne, c'était Kim qui me proposait d'être à Mitaka 2 heures plus tard pour visiter les studios où il travaille, j'attendais ça depuis longtemps!