SebInTokyo! Vous faire ressentir la vie à Tokyo.

jeudi 17 août 2006

Agepan (あげぱん)

Vous pourrez, par hasard, croiser au détour d'un quartier fréquenté de Tokyo (東京) cette petite camionnette aux couleurs enfantines et proposant un quatre-heure aussi bon que gras.
En Japonais あげ (prononcez "agué") fait référence à la nourriture cuite dans l'huile, on était habitués au poulet avec le karaage (唐揚げ) mais ce jour là à Ikebukuro (池袋) j'ai découvert que le pain lui aussi a le droit à son traitement adipeux. Pour 100 Yens et en 30 secondes, choisissez votre parfum parmi sucre, champignon, cannelle, cacao -en photo- ou café au lait, et brûlez vous la langue en avalant cette brioche ultra-calorique. J'avoue avoir beaucoup apprécié la découverte gustative, aussi simple et peu subtile soit-elle. En effet ce type de goût très fort et sucré ne résonne pas trop avec la gastronomie japonaise classique, et mis à part les grands classiques -crêpes et gaufres- il est assez difficile de retrouver les sensations françaises de type Nutella© dans les rues de Tokyo. Expatriés en manque de glucose, la camionnette Agepan vous attend à Ikebukuro.

lundi 8 mai 2006

Choco-Banana (チョコバナナ)

Une banane, du chocolat, on appelle ça choco-banana.
Pour 300円, ici au parc de Ueno (上野公園), parfums "Blue Hawaï" (ブルーハワイ), fraise (イチゴ), ichigo (イチゴ). Sur la photo j'aime la façon dont le type semble préparer ça avec amour. Les bananes sont en fait trempées dans du chocolat (ou du "Blue Hawaï, ou de la fraise) et saupoudrées de petits bâtonnets de sucre multicolore, embrochées sur une baguette en bois recyclable, c'est mignon.
J'ai pas encore goûté, mais ça ne saurait tarder.

lundi 1 mai 2006

Ramen (ラーメン)

Je ne me rappelle plus leur nom, je ne me rappelle plus leur prix, je me rappelle tout juste que c'était à Roppongi (六本木), mais qu'est-ce que c'était bon...

dimanche 5 mars 2006

Bien, bon, beau, pas cher et typique: Ootoya (おいしくて良くて安くてきれいな大戸や)

Les restaurants Ootoya (大戸や) sont de bonnes teishokuya (定食や) proposant de la vraie nourriture japonaise, notons le sloggan qui en dit long sur le côté rustique et traditionnel de la cuisine: "J'ai faim maman".
Mais d'abord un peu de vocabulaire.
Un teishoku c'est un menu japonais qui tient sur un plateau, normalement composé d'un plat, d'un bol de riz, d'une soupe, et de deux ou trois éléments complémentaires souvent à base de légumes. Une teishokuya c'est un restaurant spécialisé dans les teishoku.
Les restaurants Ootoya sont partout à travers le Japon -une vingtaine à Tokyo- et les teishoku sont à 600yens environ (4,5€). Jadis très prisés des ouvriers, ils ont aujourd'hui laissé la place aux ouvriers des temps modernes: salarymen et officeladies.
À l'origine le premier Ootoya était à Ikebukuro était tenu par le papa de l'actuel pdg, comme toutes les teishokuya il n'était ni propre ni chic et peu de femmes le fréquentait. Mais Ootoya a su se démarquer des autres et a changé cette image tout en conservant des tarifs intéressants et des plats équilibrés loin de la junk-food. Un autre point fort de ces restaurants est la grande écoute accordée aux clients, notamment par l'intermédiaire des enquêtes que l'on vous propose de remplir aux caisses assurant selon eux une excellente réactivité...
Celui où je suis allé aujourd'hui entre Shibuya (渋谷) et Omotessando (表参道) était de très bonne facture, l'intérieur était élégant et mon teishoku excellent.
Sur les photos vous pouvez voir le Chikin Kaasan Ni Teishoku (チキンかあさん煮定食, Poulet de maman cuit en bouillon) qui m'a complètement ravi pour ses 661yens (4,8€) et 941kcal.

Le site de la chaîne de restaurants Ootoya (大戸や)

mercredi 8 février 2006

Choco-Melon-Pan (チョコメロンパン)

Il est une excellente viennoiserie qu'on ne trouvera pas en France mais qu'on trouve partout au Japon: le choco-melon-pan !
Dérivé aromatisé au chocolat par l'intermédiaire d'un vecteur sensoriel de type pépites, il est directement issu du plus connu melon-pan (prononcé mélonne panne) en vente dans tous les combinis. Malgré son nom il n'est pas souvent aromatisé au melon, et s'apparente plus à une brioche à la croûte croustillante, ou molle selon les magasins.
Je n'ai pas encore trop d'expérience en la matière mais j'adhère complètement aux melon-pan des Natural Lawson, dégustables pour entre 140 et 160Yens (entre 1 et 1,15€) dans le petit coin boulangerie. Néammoins d'une échoppe à une autre la qualité variant, je tâcherai en collaboration avec mon collègue français fin amateur des melon-pan de prochainement vous élaborer un classement des meilleurs melon-pan.

dimanche 15 janvier 2006

Gyôza (餃子)

C'est bon, et ça va bien avec les ramen.
Certains parlent de raviolis Japonais, restons-en au terme gyôza voulez-vous. Originaires de Chine si on ouvre un gyôza on y trouve différents ingrédients hachés: poireaux, cochon, ail, gingembre, choux-blancs, le tout grillé dans une pâte semi-croustillante. Servi avec sa sauce à base de shôyu, légèrement épicée...

Une recette pour faire soi-même des gyôza, en français.

Takoyaki (たこ焼き)

La spécialité d'Ôsaka.
La photo a d'ailleurs été prise dans un restaurant à Ôsaka. Les takoyaki sont de petites boules à base d'un genre de pâte à crèpe qui contiennent un petit morceau de poulpe agrémentée de gingembre et de deux trois ingrédients secrets, on le sert avec du poireau et de la mayonnaise souvent. C'est très très, très bon!

lundi 19 décembre 2005

Tsukimi-Soba maison (自分で月見そば)

Mes soba préférées.
僕の好きなそば。
L'élément principal qu'il vous faut est une sauce Tsuyu (mais aussi du soba évidement, ça n'a rien à voir avec les spaghettis). Après quoi il vous faut juste mélanger ladite sauce avec l'eau de cuisson du soba, arranger avec du poireau et du bébé-poireau, des feuilles de nori et un oeuf... C'est tellement booonnnn...
一番重要な成分はつゆだ。作りやすいだけど本当にすごくおいしいよ。
今からそばを作られるので毎日食べるだろう〜 うまいうまい!

dimanche 13 novembre 2005

Chiiebi et Daikon (小エビと大根)

J'ai acheté fait des achats chez un petit vendeur de légume entre Ebisu (恵比寿) et Shiroganedai (白銀台).
Entre autre un daikon (大根 prononcé daïkonne), cet énorme radis chinois comme on l'appelle en France. Vous l'aviez tous remarqué dans SuperMario Land 2, le voila en vrai. C'est sûrement le meilleur rapport quantité/prix au Japon (quoique le choux doit pas être loin derrière), on en trouve dans quelques plats en rondelles ou émincés, en salade oubien cuit.
Et aussi des chiiebi (小エビ) ou petites crevettes miniatures, je sais qu'on en trouve dans les takoyaki (たこ焼き), dans les okonomiyaki (おこのみ焼き) ou manjayaki (まんじゃ焼き), (un jour je vous expliquerai pourquoi beaucoup de noms de plats se terminent par yaki) et dans pleins d'autres choses aussi je pense. On verra bien ce que j'en ferai, peut-être des ebi-korokke (エビコロッケ).

mardi 8 novembre 2005

Ramen (ラーメン)

J'ouvre la rubrique cuisine avec les nouilles typiquement Japonaises qu'on ne trouve pourtant pas du tout dans les restaurants Japonais Français (Nantais du moins).
Les ramen (ラーメン), il en existe tellement de différentes, personnelement j'aime beaucoup. Je ne me rappelle plus quelles étaient ces ramen là, mais elles étaient épicés, c'était à Shibuya.

dimanche 16 octobre 2005

Momo au sirop

En Japonais le fruit pêche se dit momo (桃) c'est assez mignon.
On trouve des pêches (et d'autres fruits) au sirop pour pas très cher, 130 Yens (1€) la conserve de 3 pêches environ. C'est cool car j'aime bien ça !

mardi 20 septembre 2005

Onigiri (おにぎり)

Aujourd'hui j'ai fait des onigiri(s), le petit en-cas Japonais traditionnel.
Au choix parfums umeboshi (梅干し), sèche (イカ), ou crevette (海老). J'ai trouvé la recette ici.

mercredi 14 septembre 2005

Filets de maquereaux à la moutarde avec leurs pommes de terre au parmesan, accompagnés de toast aux crevettes.

Attention c'est très bon!!
Environ 45mn de préparation, pour pas très cher.
Ingrédients nécessaires:
- 4 filets de maquereaux
- 5 grosses pommes de terre
- 500g de crevettes
- Moutarde
- Crème fraîche
- Parmesan
- Beurre
Les toasts aux crevettes
Pour faire patienter vos convives et afin de les mettre en bouche, décortiquer les crevettes, préparer un mélange de mayonnaise, de poivre et de citron. Griller du pain en tranche et dites-leur de ne pas manger trop de mayonnaise quand-même.


Les pommes de terre au parmesan
Après cuisson, découpez vos patates en deux, ne les priver pas de leur peau. Creuser les à l'aide d'une cuillère, puis déposer une noix de beurre dans chacune d'elle. Parallèlement, raper un bon paquet de parmesan afin de les orner de cette couronne fromagère. Rangez tout ça dans le four à 200° environ, passons aux maquereaux (ils n'attendent que ça).

Les maquereaux à la moutarde
Alignez vos filets de maquereaux sur une feuille d'aluminium (relevez les bords pour faire comme une petite piscine pour nos amis les poissons), déposer ça et là quelques noix de beurres afin d'évitez que les maquereaux n'attachent l'aluminium.
Préparez un mélange de moutarde et de crème fraîche (1/3 - 2/3), noyez les filets sous ce mélange, agrémentez d'une feuille de laurier si cela vous plait, poivrez, sortez les patates du four et mettez-y les maquereaux.
Vous avez une dizaine de minutes devant vous, c'est le moment de ranger un peu le bordel qui reigne sur votre plan de travail, ou d'aller divertir votre assistance au moyen d'une blague. Par exemple la blague de toto aux toilettes, pour ne pas le citer.
10 minutes se sont écoulées, joignez les patates au maquerau, passer en mode grill et comptez 5 minutes pour me griller tout ça. C'est fini, bon apétit, et n'oubliez pas que les cornichons sont les bienvenues, comme toujours!

mardi 13 septembre 2005

暑犬 !! Cuisine Américaine

Mmmhh depuis quelques jours j'expérimente la cuisine américaine (アメリカの料理) ou Hot-Dog.
Des baguettes précuites à 0,50c la paire sont nécessaires afin de largement modéré la cuisson du pain, pour une croustillance uniquement surfacique, bref pour que le pain soit blanc. L'assaisonnement se fait à votre guise tant que vous avez pris soin de faire bouillir de gros oignons blancs coupés en rondelle, et de vous être procuré des oignons frits (Chez Champion, Auchan, Carrefour...). Le support de base étant la saucisse de strasbourg Knacki pour les riches Knack (fausse Knacki) pour les moins riches.
Les cornichons sont les bienvenues, comme partout.